Ignace Semmelweis ou L'histoire du lavage des mains

Mais d'où provient la raison de l'obligation du lavage des mains ? Qui est Ignace Semmelweis le père du lavage des mains ? Ces questions restent dans votre tête. Alors apprenez l'histoire du lavage des mains.

- min de lecture

Ignace Semmelweis ou l'histoire du lavage des mains

C'est devenu un mantra omniprésent de nos jours : Lavez vos mains ! Peu coûteux et facile à faire, c'est l'un des rares conseils qui ne suscite pratiquement aucune controverse de nos jours. Pourtant, le lavage des mains est une habitude récente qui à ses débuts ne faisait pas l'unanimité.

Cette histoire se déroule de la fin du 19ème siècle jusqu'au début du 20ème siècle. A une période où de grands changements et de grandes découvertes émergeaient. Tout au long de ce récit vous découvrirez comment une simple découverte a modifié notre perception des maladies. Développa l'industrie à travers un marketing intensif. Et permis aux chercheurs de partager leurs idées plus facilement. 

Alors plongez dans cette aventure passionnante qui permit de généraliser le nettoyage des mains !

1. Vienne: La naissance du lavage des mains obligatoire:

Tout débute dans le service de maternité de l'hôpital de Vienne, dans les années 1840-1850. A cette période, une grande partie des femmes mourraient après l'accouchement. Quel que soit leur statut social ou leur état de santé initial. Ces décès étaient caractérisés par des symptômes spécifiques. Augmentation du rythme cardiaque, de la fièvre, des frissons et des douleurs abdominales atroces souvent suivi de la mort.

Cette maladie de part son apparition chez les femmes fut nommée "fièvre du lit de l'enfant" ou "fièvre puerpérale". Toutefois, il faut remettre cette situation en perspective de son époque. A la fin du 18ème siècle lors d'épidémie les taux de mortalité pouvaient atteindre 80 %.

Tout le monde prenait ces décès comme des morts inévitables. Pourtant un homme, travaillant dans cet hôpital ne pouvait pas s'arrêter à cette explication. Il voulait comprendre, pourquoi ? 

Mais alors qui est cet homme n'acceptant pas la situation ? Pour le savoir revenons quelques années en arrière, précisément, 32 ans plutôt. 

Lavage des mains avant opération Semmelweis

2. La naissance du père de l’hygiène:

En 1818 plus précisément le 1er Juillet 1818 à Budapest naît un enfant. Cette enfant sera nommée Ignace. De son vrai nom Ignace Philippe Semmelweis. Il est 5ème enfant d'une famille d'épicier travaillant dans la capitale de la Hongrie. Ces parents possèdent une boutique de vente d'épices et de produits alimentaires. Leurs affaires sont très prospères, Ignace deviendra rapidement grand frère avec 5 enfants après lui. 

Nous avons peu d'informations sur son enfance pour autant nous savons qu'elle est heureuse. A l'automne 1837, Ignace alors âgé de 19 ans décide d'aller étudier le droit à l'Université de Vienne. Pour des raisons inconnues quoique étonnantes il décide tout à-coups de changer de voie. Et se dirige vers la médecine. En 1844 il obtient son diplôme de docteur en médecine. Pour autant, après avoir travaillé d'arrache pied et recherché un poste, il ne trouve aucune place en tant que médecin interniste.

Ne baissant pas les bras, il décide de se réorienter vers une branche de la médecine: l'obstétrique. 

Après ce changement de branche de la médecine, il est accepté dans l'hôpital de Vienne.  Il remarque ce taux de mortalité ahurissant. Et décide de se poser des questions. Ce sont toutes ces interrogations qui le feront devenir le père de l'hygiène.

Université de Vienne lieu d'étude de Ignace Semmelweis

3. Le début du changement des règles de propreté

Pour comprendre les raisons de ces taux élevés de mortalité post-partum, il mena une série d'enquêtes. Ces enquêtes ont pour but de déterminer les raisons de l'apparition de la “fièvre du lit de l’enfant”. 

A. Un état initial loin de la propreté:

Dans les années 1840, l'hôpital général de Vienne comptait trois maternités. L'une d'elles était dirigée par des sages-femmes. Les deux autres étaient dirigées par des médecins. Semmelweis a remarqué que les décès  étaient beaucoup moins fréquents dans le service supervisé uniquement par des sages-femmes. D'après les chiffres de l'Organisation mondiale de la santé, Semmelweis a constaté un écart de mortalité entre les maternités. Dans les maternités gérées par des médecins 16 % des nouvelles mères mourraient. Alors que dans celle dirigée par des sages femmes 7 % sont décédées.

Lors de ces recherches il remarqua qu'une différence fondamentale était présente. Les sages-femmes n'avait pour rôle que de donner naissance aux enfants. Alors que les médecins, en plus de donner naissance, réalisaient des dissections sur des cadavres. Donc la différence résidait dans les pratiques quotidiennes. En d'autres termes, les sages-femmes rencontraient et transféraient moins de germes.

Hopital des années 1800

Durant cette période une théorie naissait dans le corps médical la "théorie des germes”. Cette théorie décrit le fait que des minuscules organismes pénètrent dans nos corps et nous rendent malades.  Pour autant elle n'était pas reconnue. L'hypothèse dominante était que les maladies provenaient de miasmes. Ou d'odeurs toxiques émises par des matières organiques en décomposition. Une fois dans l'air, ces "poisons" peuvent être transmis aux gens et les rendre malades.

On pensait qu'en cas de surpopulation ou de mauvaises conditions d'hygiène, les miasmes pouvaient s'accrocher aux gens comme de la fumée.  Cela permettait aux maladies de se propager plus rapidement, y compris des médecins aux patients. Cette information est relatée par Dana Tulodziecki, docteur en philosophie des sciences à l'université Purdue de West Lafayette, dans l'Indiana. Cette chercheuse a écrit des articles sur Semmelweis, les épidémies de choléra et la pensée du XIXe siècle sur les maladies.

Miasme autour des gens

4. Les hypothèses pour la fin des fièvre puerpérales

Afin de trouver une solution pour réduire ce taux de mortalité, Ignace doit d'abord comprendre pourquoi ? La différence de mortalité entre les 3 maternités ne lui permet toujours pas de déterminer précisément la raison.

Hypothèse 1: Une position pas très esthétique

Une première hypothèse partait du fait que la position d'accouchement influé sur la santé de la femme. D'après lui le sang pourrait être bloqué dans certaines régions du corps empêchant une bonne circulation sanguine. Pour déterminer si cela était la raison, il modifia la position des femmes accouchant. Malheureusement, aucune différence de mortalité en résultat.

Effet d'une mauvaise position sur la fièvre puerpérale

Hypothèse 2 : Un prêtre bruyant

Dans les maternités, lors de la mort d'une femme ayant accouchée, un prêtre était réquisitionné. Il allait voir la femme morte afin de leur procurer les derniers sacrements. Mais pour arriver à la chambre, il faisait sonner la cloche dans le couloir, ce couloir donnait sur les autres salles d'accouchement. Un bruit pouvant être à l'origine de terreurs psychologiques. Ces mêmes terreurs qui pourraient être à l'origine des mortalités importantes, ce demanda Ignace. Une modification du trajet du prêtre fut mise en place. Grâce à cela les femmes accouchant n'entendaient plus ce fameux prêtre annonciateur de mort. Pour autant le taux de mortalité resta inchangé.

Cloche d'un prêtre entraînant la mort des nouveaux-né

Une révélation dû à la mort de son ami Jacob Kolletscka

Un collègue de Ignace Semmelweis décéda en 1847. Mais les circonstances de sa mort permirent de résoudre enfin cette énigme liée à la mortalité puerpérale. Jacob Kollescka, médecin travaillant dans l'hôpital de Vienne, se coupa au niveau du doigt avec un scalpel. Cette coupure eut lieu durant l'autopsie d'une personne décédée. La blessure s'infecta quelques jours plus tard et il mourut. De ce fait Ignace suppose qu'il a contracté une maladie dû à la coupure. De ce fait, il exige des médecins qu'ils se lavent avant les opérations. Ce lavage était fait avec de la chaux chlorée, souvent après avoir pratiqué une autopsie. Après cela, le taux de mortalité des femmes baissa grandement. En 1842 le taux de mortalité était de 16% en 1842 et en 1848 il chuta à 3%.

Opération hopital années 1800

5. Ignace Semmelweis le martyr du lavage des mains

Le constat de Ignace Semmelweis était bon, ses théories contenaient des erreurs. Ces erreurs ayant suscitées des critiques qui malheureusement étaient valables. Pour lu, l'origine de la fièvre était les cadavres. Pourtant cette fièvre était présente avant même la mise en place des autopsies dans cet hôpital. 

Il proposa de nouvelles raisons et solutions pour ces théories laissant la place de plus en plus aux critiques. Ignace partait avec un handicap, sa façon de s'exprimer. Il possédait un style de communication assez décousu et déroutant. Et de ce fait, toutes ses théories dont l'importance du lavage des mains furent rejetées.

Semmelweis eut raison sur certains points, notamment son idée que quelque chose d'extérieur provoquait la fièvre. Mais la raison n'était pas les cadavres, c'était une bactérie particulière : Streptococcus. Cette bactérie ayant été décrite pour la première fois par Theodor Bilroth en 1874.

Collection Porte Savon

6. La fin de la vie de Ignace Semmelweis

Après tous les refus accumulés, Ignace Semmelweis fut interné dans un établissement psychiatrique. Il y mourut à l'âge de 47 ans en 1865. Les circonstances de sa mort sont encore floues. Mais une hypothèse subsiste, durant son internement il se coupa à la main. Et comme son collègue Jacob Kolletscka, sa coupure s'infecta et il mourut d'une septicémie.

Collection Distributeur de Savon

7. Ignace Semmelweis: Seul contre tous?

Semmelweis, n'était pas le seul à avoir tenté de trouver une explication à cette maladie. 

  • En 1795, l'obstétricien britannique Alexander Gordon avait déjà proposé une explication quant à l'origine des fièvres puerpérales. Pour lui la transmission était dû à l'interaction entre la sage femme ou le médecin avec la femme enceinte. Grâce à cela, il pouvait prédire les futurs personnes contaminées dans son hôpital.
  • En 1843,  le médecin bostonien Oliver Wendell Holmes a publié un essai intitulé "The Contagiousness of Puerperal Fever". Dans cette essai il proposait également le lavage des mains comme solution viable à la transmission de personne à personne. Tout cela  quelques années avant que Semmelweis ne mène ses études dans les maternités de Vienne.
  • Dans les années 1850, une célèbre infirmière britannique mettait en avant l'importance du lavage des mains.  Cette infirmière se nommait Florence Nightingale. Cette idée du "lavage des mains" lui été venu du fait de sa participation à la guerre de Crimée. Lors des opérations de nombreux soldats mourraient non pas du fait de leur blessures mais dû aux opérations. 

Scientifiques pour le lavage des mains

8. Les statistiques au service de l'hygiène

Durant la seconde partie du 19ème siècle, l'utilisation des statistiques commençaient à se répandre dans tous les corps de métiers. Dans le monde médical, cette innovation permit de comprendre les raisons de certaines maladies.

Et dans ce contexte favorable une série de progrès ont été réalisés par des chercheurs.

  • Le biologiste français, Louis Pasteur, permit d'établir le lien entre micro-organismes et maladies.
  • Le chirurgien Joseph Lister fut le premier à utiliser des antiseptiques dans ses opérations chirurgicales. Cela car en croisant les résultats, la quantité de décès postopératoire était plus faible.

Comme nous pouvons le prévoir, ces changements vont entraîner des bouleversements économiques. Certaines industries vont profiter de l'essor de la science afin de prendre rapidement le monopole.

Statistiques des valeurs médicales

9. L’industrie au service de la propreté

À la fin du XIXe siècle, de nombreuses entreprises lancèrent de grandes campagnes marketing pour leurs savons. Dans ces entreprises nous pouvons citer Proctor & Gamble, Colgate Palmolive. Sachant que le savon fut d'abord destiné pour la lessive.

À l'origine, les savons pour les soins corporels étaient fabriqués par des entreprises distinctes.  Elles promouvaient le rôle du savon à des fins esthétiques et ciblent les marchés des classes moyennes et supérieures. Tandis que les responsables de la santé publique mettaient en avant l'hygiène personnelle pour la santé. Les fabricants de savon ont exploité les journaux à grande diffusion, puis les magazines, la radio et la télévision.  Diffusant leurs messages sur les avantages du savon de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. La popularisation de l'hygiène personnelle et de la propreté domestique a touché tous les segments de la société. Les entreprises avaient même plus de poids que les médecins du fait de leur portée médiatique.

De l'époque de Semmelweis à aujourd'hui, la progression n'a pas été une marche régulière. Mais plutôt une série de pas en avant, puis en arrière. Le lavage des mains a fait l'objet d'un regain d'attention en temps de crise, comme lors des guerres mondiales. Le lavage des mains était même devenu un objet de propagande. Représentant l'élan patriotique et la supériorité face aux autres populations.

Et bien que les générations actuelles se lavent davantage les mains que leurs prédécesseurs, les directives provenant des organisation ont tardées:

  • Dans les années 1980,  les CDC* ont publié les premières directives nationales sur l'hygiène des mains. *(CDC : Centers for Disease Control and Prevention)
  • En 1995, le Healthcare Infection Control Practices Advisory Committee des CDC a commencé à recommander certains produits. A la destination des prestataires de soins de santé afin qu'ils se nettoient avec un savon antimicrobien ou un agent antiseptique. Dans le cas où ils quittent la chambre de patients atteints de bactéries et autres micro-organismes résistants aux médicaments.
  • En 2002, les directives ont ajouté les désinfectants pour les mains à base d'alcool. Devenant une norme de soins pour garder les mains propres dans les établissements de soins de santé.

L'industrie de l'hygiène

10. L’hygiène de nos jours:

Le lavage systématique des mains à plusieurs reprises au cours de la journée est également relativement nouveau.

Les scientifiques continuent également d'ajouter de nouvelles connaissances sur le lavage des mains. Afin de comprendre son importance en concorde avec d'autres pratiques d'hygiène. Dans une méta analyse de 2017, des chercheurs ont examiné 16 études et ont constaté un fait intéressant. Le lavage des mains au savon ou avec un désinfectant pour les mains est plus efficace que d'autres pratiques d'hygiène. dans ces pratiques nous pouvons citer le port du masque et la toux dans le coude.

Un essai contrôlé randomisé inclus dans l'analyse a révélé une vérité. Les élèves manquaient moins à cause de la grippe lorsque les écoles adoptaient des routines de désinfection des mains. Une autre étude chez les professionnels de santé a montré que les taux d'infection par la grippe diminuait  dans certaines circonstances. Lorsque les recommandations en matière d'hygiène des mains sont respectées, le taux diminue de 10%.

Personne ne peut dire combien de maladies sont stoppées par le lavage des mains, déclare Patrick Saunders Hastings, épidémiologiste chez Gevity Consulting. Mais la propagation des maladies serait certainement pire sans cette pratique. "Beaucoup de nos actions sont imparfaites et conçues pour être superposées les unes aux autres", explique-t-il. "Ainsi, en prenant un certain nombre de mesures semi efficaces, nous sommes en mesure de réduire l'impact global".

Lavage des mains des chiurgiens

11. Trop et peu gâte le jeu: même dans l’hygiène:

À l'époque de Semmelweis, une blouse de laboratoire sale et tachée de sang était un badge d'honneur.  Et si cette éthique a changé, le lavage des mains a fait l'objet de critiques ces dernières années. Selon certaines études, une trop grande propreté serait responsable de l'augmentation des taux de maladies allergiques et d'asthme. Des études montrent que même le personnel de santé n'est pas toujours très doué pour se laver les mains.

Après plus de 150 ans, les idées de Ignace Semmelweis et des autres n’ont jamais été aussi importantes dans notre société.

Si vous aussi vous voulez ajouter une vraie routine de lavage des mains dans votre foyer nous vous proposons nos distributeur de savon